EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube


Sergio Ruiz - Urbanists / Flickr CC

L’agriculture en ville : où en est-on ?

10/01/2014 -

Loin d’être un phénomène récent, l’agriculture revient dans nos villes. Un retour « aux fondamentaux » souhaité par des citadins et une reconsidération par les penseurs de la ville pour tendre vers un modèle durable et intelligent. L’agriculture en ville représente-t-elle une réelle opportunité pour l’aménagement durable de nos espaces urbains, ou faut-il en nuancer les bénéfices attendus ?

Aux premiers abords, l’agriculture urbaine confère plusieurs bénéfices aux villes. Le rapport « Aperçu de l’agriculture urbaine, en Europe et en Amérique du Nord » publié par AgroParisTech en partenariat avec VINCI, présente les différents attraits de cette pratique : qu’ils soient alimentaires, économiques et sociaux, environnementaux, pédagogiques et récréatifs, voire esthétiques, ils fédèrent dans de nombreuses villes leurs citadins et incitent les professionnels et les décideurs à considérer l’agriculture urbaine dans la façon de concevoir nos espaces publics. Selon Le Monde, 80 % des surfaces arables du globe sont déjà en exploitation, et 15 % de ces sols ont même été épuisés (agriculture intensive, pollution, désertification…). Architectes, designers et ingénieurs agronomes allient leurs compétences pour inventer la ferme de demain : au cœur des villes et à la verticale.

L’agriculture urbaine : quels sont ses freins ?

L’enthousiasme suscité par l’agriculture urbaine incite à se poser un certain nombre de questions afin de mieux en évaluer les avantages et les risques. Jacques-Olivier Bled, de l'Agence d’écologie urbaine, Direction des espaces verts et de l’environnement de la Mairie de Paris, est revenu sur ce sujet lors de la conférence sur l'agriculture en ville organisée par la Chaire d’Éco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures. Ces questions concernent bien évidemment en premier lieu les impacts sur la santé et sur l’environnement – quelles incidences de la pollution de l’air, des sols, des intrants ? Quel compost, quels matériaux utiliser ?
L’agriculture urbaine induit également de véritables interrogations en termes de modèles économiques, de statuts pour les agriculteurs urbains. Et qu’en est il de sa conception dans les modèles d’urbanisme ? L’article « L’agriculture en ville : un projet urbain comme un autre » de Métropolitiques revient sur ces incertitudes, en soulignant que l’agriculture urbaine est une notion complexe conjuguant un ensemble large de critères, tels que sa localisation, son type d’activité, sa raison économique, son inclusion dans le système alimentaire ou encore sa gouvernance. Autant d’éléments qui restent à définir pour l’instant.

Quelques initiatives naissent pour structurer le concept

Pour appréhender au mieux l’agriculture urbaine, l’institut AgroParisTech a créé de nouvelles formations destinées aux professionnels, comme celle portant sur « l’ingénierie des espaces végétalisés en ville ». L’institut mène également des recherches avec VINCI, par le biais de la Chaire d’Éco-conception des ensembles bâtis et des infrastructures, portant sur les systèmes techniques du bâti et l’évaluation technico-économique de cette pratique. AgroParisTech a par ailleurs développé l’outil “Biodi(v)strict“, capable de cartographier les différentes zones sur un projet d’aménagement en dissociant les espaces végétaux des espaces non végétaux. De cette cartographie, un recensement des espèces animales et végétales est réalisé pour observer leur évolution et encourager leur développement en milieu urbain si ces espèces s’y épanouissent. La ville de Paris valorise aussi les différentes initiatives au travers de son appel à projets « Végétalisation innovante ».
À Berlin, un espace de 6 000 m2, non exploité depuis la Seconde Guerre mondiale, sert depuis 2009 de lieu d’échanges sur le jardinage et de cultures donnant lieu à des récoltes allant jusqu’à 4 000 kg de fruits et légumes par an. À Montréal, le toit d’un immeuble d’une surface de 2 900 m2 héberge la première ferme urbaine hydroponique du genre, alliant production locale et nouvelles technologies.