EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube


Luc Benevello - La Fabrique de la Cité

La culture transforme la ville

21/05/2013 -

La culture créatrice de valeur économique
Pour Jordi Martí i Grau, ancien adjoint délégué à la culture de la ville de Barcelone, "la création de musées, d’opéras et d’installations culturelles en tous genres a permis de donner une nouvelle vie au centre historique et de rendre la ville beaucoup plus attractive. Aujourd’hui, le tourisme représente 15 % du PIB de Barcelone. La culture a été un instrument symbolique de cette transformation et un puissant moteur de la transformation économique de la ville, notamment dans les années 1980 et 1990. La métropole catalane est graduellement passée d’une économie industrielle à une économie de services où le tourisme a pris une part majeure."Comment la culture peut-elle "faire ville" ?

"La culture comme chemin vers la liberté, libérée de l'autorité de la famille, de la tribu ou du poids de la religion a besoin de l'environnement urbain pour se développer. Enlever cette culture de la ville, c'est comme sortir un poisson hors de l'eau. Par ailleurs, la ville sans culture devient pure urbanisation," tel est le credo de l'élu catalan.

Pour "faire ville", c'est à dire, créer la condition d'une ville, et intégrer le citoyen, la culture est un vecteur incontournable. Dans un contexte de crise, Barcelone, doit de plus en plus faire face à une fracture liée aux disparités sociales entre les classes supérieures et une part croissante de la population qui reste exclue, notamment des espaces publics et culturels mais selon Jordi Martí i Grau: « la culture peut néanmoins participer à la résorption de cette fracture et redonner une place au citoyen en tant qu’acteur ».
Une culture au service du plus grand nombre, ancrée dans son territoire qui aide à la construction d'une identité et d'une mémoire collectives, telle est la vision de l’architecte Rudy Ricciotti, architecte-ingénieur du MuCEM (Musée des Civilisations d'Europe et de Méditerranée qui ouvrira ses portes en juin à Marseille) qui a conçu son ouvrage comme un véritable espace public ouvert à tous, avec des coursives extérieures et une passerelle qui relie le musée au Fort Saint-Jean tout proche.
L’architecture doit être un engagement, selon Rudy Ricciotti, qui prône une architecture du côté du « mat » contre celui du « brillant », qui révèle le travail de l’artisan, de l’ingénieur, plutôt que la certitude impérialiste et le consumérisme technologique.

Des modes de financement innovants
Mais comment financer ces installations culturelles alors que les finances publiques, dans de nombreux pays, sont dans le rouge ? Souvent, comme à Marseille dans le cadre de l’organisation des événements liés à son statut de capitale européenne de la culture, la solution passe par un mix de financements publics et privés. "Sur 91 millions d'euros de budget total, 65 % a été pris en charge par les collectivités publiques (Communauté urbaine, Conseil régional, Ville de Marseille, Etat…), détaille Jean-François Chougnet, Directeur général de l’association Marseille-Provence 2013. Le reste a été financé par le secteur privé (70 partenaires au total), via le mécénat et le parrainage."
Quelques chiffres pour conclure : la culture c’est 2700 milliards de dollars dans le monde, 8 millions d’emplois directs en Europe et 546 000 en France, selon Laure Kaltenbach, Directrice générale du Forum d’Avignon.

La Chine augmente ses investissements publics dans la culture de 23 % chaque année, et les entreprises qui investissent deux fois plus que la moyenne dans les ressources créatives ont 25 % de chances supplémentaires de créer des produits innovants.
Tous ces sujets ont été évoqués lors du séminaire organisé par La Fabrique de la Cité le 12 avril dernier au sein même du MuCEM à Marseille.

Événements sur ce thème

Comment créer de la valeur pour les villes ?
Séminaire international - du 03 juillet au 5 juillet 2013 - Stockholm

La culture transforme la ville
Séminaire régional - 12 avril 2013 - Marseille