EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube


Luc Benevello - la Fabrique de la Cité

La « WikiCity » : partir de « l’intelligence collective » et des usages pour repenser la ville

06/11/2012 -

Prenant le contrepied du schéma « top-down » classique (le pouvoir qui décide de ce qui est utile à la population) et qui ne semble plus répondre aux objectifs de ce nouvel « activisme citoyen », la ville d’Amsterdam a conçu un nouveau modèle de planification urbaine ouverte et enrichie inspirée du site participatif « Wikipédia ».
Le modèle de « WikiCity »
La ville d’Amsterdam a décidé de s’inspirer de cette démarche d’« open planification » pour construire un nouveau modèle de planification qui fait la part belle, tout au long des projets, aux initiatives citoyennes. Autrement dit, un processus davantage « bottom-up ». C’est ainsi qu’est né le concept de WikiCity, dont le nom est inspiré de la célèbre encyclopédie en ligne Wikipedia. Pourquoi cette filiation ? Car Wikipedia est un site ouvert à tous, souple et modulable, où chacun peut participer et apporter son savoir dans le but d’en enrichir sans cesse le contenu. Car malgré certaines erreurs inévitables qui émaillent ses articles, Wikipedia est bien plus complète et précise qu’une encyclopédie rédigée par un petit comité d’experts. « Cela paraît peut-être peu rentable de construire une encyclopédie grâce à l’intervention de millions de contributeurs. Néanmoins, le résultat est là : c’est efficace, cela fonctionne. Alors pourquoi ne pas adapter ce concept en créant un nouveau modèle de planification urbaine lui aussi ouvert aux citoyens, à leurs contributions, à leurs connaissances ? C’est ce qui a conduit notre réflexion ». « Aujourd’hui, les citoyens sont les experts. Ils sont éduqués, utilisent quotidiennement les NTIC, connaissent parfaitement leur environnement... Nous avons donc tout intérêt à penser la ville de demain avec eux et de profiter de ce ‘’cerveau collectif’. explique Zef Hemel, Directeur adjoint du département de planification de la Ville d’Amsterdam.
Les piliers d’une contribution positive et efficace par les citoyens

Ce nouveau modèle de planification urbaine qu’est « WikiCity » s’appuie sur trois principes fondateurs :

- Donner envie aux citoyens de s’engager (« Inspire »): pour y parvenir, il faut d’abord se concentrer sur ce qui peut rassembler, et non sur les problèmes ou ce qui divise. Ensuite, il est nécessaire de mettre l’accent sur le « storytelling » et la communication, pour inciter le plus grand nombre à participer. « C’est ce que nous avons fait par exemple dans le cadre du projet ‘’Amsterdam 2040’’, qui avait pour ambition de proposer une vision du futur de la métropole dans 30 ans, explique Zef Hemel. La première fois que j’ai présenté cette conception de la ville en 2040 devant un public, j’ai raconté une histoire en 20 chapitres de 2 minutes chacun. Cela a laissé de l’espace aux participants pour s’exprimer et proposer leurs idées et leur vision des choses. Au fur et à mesure des présentations, tout comme Wikipedia, l’histoire était enrichie des contributions citoyennes. Au total, plus de 1 000 citoyens ont contribué activement à construire cette vision partagée ! » Donner envie, cela passe aussi par la mise en place d’événements mobilisateurs : la Ville a ainsi organisé des expositions d’artistes sur chacun des chapitres de l’histoire. 140 000 personnes ont vu ces œuvres et ainsi pu se sentir intégrées au processus.

- Relier les Hommes (« Connect ») : il est nécessaire de créer des plateformes d’échange (réelles ou virtuelles) où les citoyens puissent s’exprimer, partager librement et aboutir à une vision co-construite de l’avenir de leur ville ou de leur quartier.

- Obtenir des résultats concrets (« Activate ») : avec ce processus innovant et participatif, il n’aura fallu qu’un an et demi pour construire ce plan ambitieux et partagé, qui préfigure ce que sera la ville à horizon 2040, adapté aux attentes et aux besoins des citoyens-usagers. Parmi les initiatives citoyennes retenues : le déploiement de lignes de ferry pour relier le nord et le sud de la métropole ou encore un programme de développement des docks du port... Symboles de cette réussite en matière de planification ouverte : le conseil municipal d’Amsterdam a voté « pour » à l’unanimité, et les communes de la périphérie d’Amsterdam ont tenu à être intégrées au projet.

Une approche innovante mais aussi efficace de la planification, misant sur la contribution active des citoyens, est donc possible. Elle est même souhaitable, car elle favorise très tôt l’adhésion de la population aux projets qu’elle a contribué à concevoir. « Avec un « cerveau collectif », on peut réaliser de grandes choses. (…) Il serait stupide de ne pas profiter de cette somme d’expériences et de savoirs ! », conclut Zef Hemel.

Focus sur ce thème

L’agriculture en ville : où en est-on ?
10/01/2014