EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube

L’adhésion des citadins dans le cadre de la transition énergétique

19/02/2013 -

Comment impliquer les citadins dans la transition énergétique des villes ?

Tenue à Amsterdam du 14 au 16 février dans le cadre de l’initiative World Smart Capital, la conférence "WSC Partner City Meeting" a permis d’aborder à plusieurs reprises la problématique de l’implication citoyenne dans des projets visant à favoriser la transition énergétique. L’occasion pour La Fabrique de la Cité de revenir sur quelques initiatives innovantes en la matière. Pendant trois jours, les plus grands spécialistes en urbanisme étaient réunis à Amsterdam, désignée "World Smart Capital 2013". Objectif : réfléchir à des solutions permettant d’allier développement urbain et développement durable, ainsi qu’à l’implication des citadins dans les processus de réflexion et de décision relatifs à ces projets d’avenir.

Amsterdam : une Smart City par excellence
Sur ce point, la ville d’Amsterdam est particulièrement représentative. Elle développe depuis des années des initiatives visant à réduire les émissions de CO₂,en associant citoyens, entreprises et pouvoirs publics pour plus d’efficacité. C’est le concept de "Smart City " lancé en 2009 par l’agence de développement de la ville (Amsterdam Innovation Motor - AIM). Cette collaboration entre toutes les parties prenantes permet d’expérimenter grandeur nature des projets et des services novateurs en matière de développement urbain et durable.

Des compteurs d’énergie co-conçus
C’est ainsi qu’est né par exemple le projet de compteur d’énergie intelligent. Après un premier prototype fourni à un échantillon-test d’Amstellodamois, une deuxième version, co-conçue par des entreprises innovantes et les citadins, a permis de présenter un outil en phase avec les attentes de tous. Résultat : les habitants se sont rapidement appropriés le compteur leur permettant de mieux gérer leur consommation énergétique. Selon Ger Baron, chef de projet AIM, « les villes intelligentes de demain seront celles qui sauront tirer parti de ces technologies en plaçant l’usager au centre et en faisant appel à son expérience. »

Bruxelles : incitations financières et accompagnement humain
Pour inciter les citadins à devenir acteurs de la transition énergétique, d’autres villes, comme celles de Bruxelles, ont choisi le recours à un système de primes. La région de Bruxelles-Capitale a dépensé, entre 2004 et 2009, 65 millions d’euros en primes « Énergies » pour aider les particuliers (80 %) et les entreprises (20 %) à couvrir des dépenses d’audit énergétique, d’isolation,… En parallèle, des « facilitateurs » ont été recrutés pour accompagner les bénéficiaires dans leurs projets grâce à des conseils techniques gratuits. Une double incitation financière et humaine qui a permis aux citadins de se sentir accompagnés et impliqués lors de cette transition énergétique.

États-Unis : « Push the Green Button »
Depuis 2011, l’État américain met à la disposition des citoyens certaines de leurs données personnelles, pour leur permettre de prendre des décisions plus éclairées en matière de consommation énergétique. C’est ce que l’on appelle le concept de « smart disclosure » (divulgation intelligente des données) : des industriels du secteur électrique ont mis au point le « Green Button », qui permet aux consommateurs de télécharger via leur ordinateur ou leur Smartphone les informations relatives à leur consommation. Des données qu’ils peuvent analyser pour diminuer leur impact environnemental en même temps que leur facture.

Événements sur ce thème

Quel rôle pour les villes dans la transition énergétique ?
Cycle de conférences - 30 janvier 2014 - Paris

Villes durables : de la vision à l’action
Séminaire international - du 01 avril au 3 avril 2009 - Copenhague