EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube


Luc Benevello - La Fabrique de la Cité

Les NTIC au service de la planification urbaine

06/09/2013 -

Les NTIC, moteurs de transformation de la ville

Les NTIC ont pris une importance telle qu’elles sont devenues un véritable levier pour attirer les talents dans les villes, si celles-ci savent se montrer attractives à d’autres niveaux (cadre de vie, réseau de transports, etc.). Selon Patrick Cerwall, directeur du marketing stratégique et de l’intelligence chez Ericsson, une ville qui réussit est même « tout simplement une ville qui est capable de faciliter et d’encourager les connexions entre les gens, les entreprises et les sphères publiques ; celle qui réussit à réunir les gens autour de projets innovants qui vont participer à la création d’une véritable iCity ».

Partageant ce constat, les plus grandes métropoles entrent en concurrence pour développer des clusters spécialisés dans les NTIC et l’innovation – c’est le cas du quartier 22@ à Barcelone, de Technoparc à Montréal, ou de Kista près de Stockholm. Des NTIC naissent ainsi de véritables « hubs sociaux » qui stimulent l’innovation pour les villes.

Pour John Tolva, responsable NTIC de la ville de Chicago, les villes tendent à devenir partiellement physiques et partiellement virtuelles, comme le rapporte ArchDaily.com. « On constate qu’il y a de plus en plus de villes où les technologies digitales jouent un rôle de médiateur – que ce soit au travers des cartes sur Smartphones, de la signalétique de transit digital, ou des textos que l’on envoie à ses amis quand on arrive à destination. La ville est construite sur une base partiellement physique et partiellement virtuelle pour servir les habitants, les entreprises et les visiteurs », explique-t-il. Il n'est pas étonnant que de plus en plus de spécialistes des NTIC se tournent vers le monde des architectes, des planeurs urbains et des urbanistes.

Zoom sur quelques tendances

  En matière de planification urbaine, les NTIC peuvent être utilisées à toutes les étapes de la vie des projets. La ville d’Amsterdam, en pointe sur la concertation, a mis au point un nouveau modèle de planification urbaine « ouverte », intitulé « WikiCity » et inspiré de l’encyclopédie virtuelle Wikipedia. Une démarche innovante et efficace, misant sur la contribution active des citadins, et favorisant très tôt l’adhésion de la population aux projets qu’elle a contribué à concevoir (pour plus d'information, consulter la synthèse de La Fabrique de la Cité, intitulée : "Pour une construction de la ville partagée : l'adhésion des citoyens").

L’analyse des usages peut aussi être une source importante de connaissances et une aide à la planification. À Singapour, le MIT SENSEable City Lab a également analysé la position des taxis et des clients potentiels dans la ville quand il pleut. Cette analyse a suscité un vaste débat et devrait conduire les autorités de Singapour à optimiser leur réseau de transports.

Les décideurs publics ont également conscience du fort potentiel représenté par le « crowdsourcing ». Le MIT SENSEable City Lab a développé il y a quelques années un projet innovant au Danemark : la « Copenhaghen Wheel ». Des capteurs placés sur les vélos électriques permettent de collecter de l’information sur leur environnement, et de les partager via un smartphone avec les autres utilisateurs et les autorités. Un outil qui permet à ces dernières de mieux analyser l’impact des transports sur leur environnement.

Quel futur pour la planification urbaine ?

Le formidable développement des data urbaines peut aussi être mis à la disposition de chacun sur Internet. Richard Saul Wurman, architecte designer et célèbre inventeur des conférences TED (Technology, Entertainment and Design), s’est associé avec les entreprises Esri et Radical Media pour créer une plateforme en ligne de comparaison des villes intitulée « Urban Observatory ». Cet outil permet de comparer 16 villes, sur la base d’une quinzaine de critères. Une véritable opportunité de mutualisation de bonnes pratiques pour les villes.

Mais le défi principal est aujourd’hui le suivant : comment utiliser les milliards de data qui existent en respectant la vie privée et l’intégrité de ceux qui les ont fournies ? Comment et par qui ces informations créatrices de valeur peuvent-elles être commercialisées ? Une des solutions pourrait être la coopération. Comme Simon Giles, directeur stratégie des villes intelligentes chez Accenture, l’affirme, « il faut créer une entité indépendante qui aura la confiance à la fois du secteur privé, du secteur public et des citadins, et qui sera en charge de gérer la plate-forme de transaction et de paiement des données - une sorte d’iTunes de la donnée urbaine. »

L'événement

Comment créer de la valeur pour les villes ?
Séminaire international - du 03 juillet au 5 juillet 2013 - Stockholm

Autres événements sur ce thème

La culture transforme la ville
Séminaire régional - 12 avril 2013 - Marseille