EnglishRetrouvez-nous TwitterVimeoLinkedInYou Tube


lestudio.pt

Lisbonne, capitale de l’optimisation

10/07/2014 -

Lisbonne, la « lumineuse », mais aussi la résiliente : une cité en pleine renaissance après des années de crise. S’il fallait bien un endroit pour réfléchir pendant trois jours à la problématique « Quels outils pour optimiser la ville ? », alors il n’y avait pas de meilleur écrin que la cité aux sept collines.
C’est là que, venus du monde entier, une centaine d’élus, entrepreneurs, architectes, ingénieurs, universitaires, tous concernés par le fait urbain, ont partagé leurs idées et leurs expériences de terrain.

Se retrousser les manches
Les premières réponses nous viennent des Lisboètes eux-mêmes, qui dressent un état des lieux sans complaisance de leur propre ville. Oui, Lisbonne a perdu plus de 300 000 habitants durant les trois dernières décennies. Oui, son centre historique est devenu « un désert ». Jusqu’à une période récente, Lisbonne n’était plus ce lieu où les choses se passent : « Le prix des logements dans le centre avait augmenté, les classes moyennes sont parties », déplore Manuel Salgado, Maire-adjoint de la ville de Lisbonne en charge de l’urbanisme et membre du Comité scientifique de La Fabrique de la Cité. Et c’est là que le terme d’optimisation prend tout son sens. Faire mieux avec moins. Tirer parti de ses atouts pour aller de l’avant. Rebâtir une ville « à partir de son ADN », selon l’expression de Graça Fonseca, Maire-adjointe en charge de l’Economie, de l’Education et de l’Innovation. Refaire de la ville « notre maison commune », pour Fernando Medina, 1er Maire-adjoint en charge des finances, des ressources humaines et du tourisme. Heureusement, Lisbonne est « habituée à se reconstruire ». Détruite dans sa quasi totalité par un tremblement de terre en 1755, elle a alors su se relever, comme elle se relève aujourd’hui. Comment ? En multipliant les petits investissements, autour des espaces publics notamment. En favorisant l’innovation tous azimuts par le développement d’un écosystème de starts-up et la création d’un FabLab par exemple. En revivifiant le tissu des petites entreprises. En ré-attirant les jeunes par la formation et la culture. En investissant dans les transports doux. L’objectif est à la fois simple et ambitieux : « Rendre les gens heureux de vivre ici ». C’est ce à quoi s’est attelée l’équipe du maire Antonio Costa depuis 2008. Déjà, la population s’est stabilisée (1 million d’habitants) et les investisseurs reviennent. Quand on sait voir loin, qu’on implique les parties prenantes et qu’on croit à ce qu’on fait, tout devient plus facile !

Le citoyen au centre
Aimer la ville. Y travailler et fonder une famille. S’y sentir bien alors que les ressources, humaines, financières et naturelles, se raréfient. Tels sont les enjeux auxquels le séminaire va dès lors s’attaquer. Comment réunir des acteurs aux intérêts a priori divergents autour d’une même table, à Medellin, à Heidelberg, comme à Hanovre ? Comment organiser les transports dans un espace aussi confiné que la ville-île-Etat de Singapour ? A quoi sert un « arrêt de bus intelligent », conçu au MIT et testé à Paris ? Comment la nouvelle piste cyclable de Bogota redonne le sourire aux enfants ? Quelles sont les promesses des réseaux intelligents ? Comment régénérer le centre de Cleveland (Ohio), victime de la désindustrialisation ? Comment libérer la créativité pour faire bouger les choses ? En quoi l’aéroport du XXIe siècle doit favoriser le lien humain ? « Lien humain »… Les mots sont lâchés. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, en définitive. Tout ce qu’on a entendu, tout ce qui a été débattu, au cours de ces journées marquées, en outre, par la visite du quartier Mouraria de Lisbonne en pleine réhabilitation, ou par une étonnante déambulation nocturne dans la LX Factory, une ancienne friche industrielle des bords du Tage investie par la nouvelle création lisboète, tient en une préoccupation unique : (re)faire la ville pour les citoyens - et avec eux.
Dans cette vaste entreprise d’optimisation, il ne faut jamais croire que le travail est terminé. L’optimisation est un processus et nous n’en sommes qu’au début. Voilà de quoi avoir foi en l’avenir. Avoir, aussi, envie de revenir à Lisbonne pour s’imprégner de son état d’esprit et, si possible, s’en inspirer.

Télécharger le document PDF

L'événement

Quels sont les leviers d'optimisation de la ville ?
Séminaire international - du 02 juillet au 4 juillet 2014 - Lisbonne