Point de vue d'expert

Jour 3 : « En route »

En septembre 2023, La Fabrique de la Cité était partenaire d’un colloque consacré à la route, co-organisé à Cerisy par Mathieu Flonneau et Frédéric Monlouis-Félicité.

Ce texte a pour vocation de donner un rapide aperçu des présentations des différentes intervenants et des échanges qui ont eu lieu dans le cadre du Colloque. Il sera suivi de la publication d’actes, complets, rassemblant les contributions universitaires et expertes ainsi que les différentes sources et références mentionnées au cours de ces journées de réflexion.

 

La Fabrique de la Cité tient à remercier Angèle Le Prigent, doctorante en Science Politique au Laboratoire Arènes à l’université de Rennes, Roman Solé-Pomies, en thèse de doctorat au Centre de sociologie de l’innovation (Mines Paris-PSL), Emma-Sophie Mouret, docteure en histoire de l’aménagement du territoire et de l’environnement, LARHRA, Université Grenoble Alpes, et Jean-Clément Ullès, doctorant au Laboratoire de Géographie et d’Aménagement de Montpellier (LAGAM) pour ce travail de synthèse.  

La Fabrique de la Cité remercie également l e Centre culturel international de Cerisy et l’Association des amis de Pontigny-Cerisy, ainsi que l’ensemble des co-partenaires de ce colloque « Comprendre la route » : l’association P2M, le laboratoire Sirice et l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, le Syndicat des équipements de la route, la Fédération nationale des Travaux publics, l’Union routière de France, et Route de France.  

“Les routes de la prospérité, Tocqueville mobile”

par Mathieu Flonneau

 

Mathieu Flonneau rappelle l’engagement humaniste du penseur Alexis de Tocqueville, aristocrate convaincu par la démocratie selon F. Guizot. . Le comte, célèbre pour son œuvre De la démocratie en Amérique (1835, 1840), était également député élu de Valognes dans le Cotentin, puis conseiller général de la Manche. En désaccord avec la politique nationale portée par la Charte ferroviaire de 1842, et fort de son ancrage local, il a œuvré pour le désenclavement de Cherbourg par le chemin de fer. Son objectif : penser la géopolitique du Cotentin vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Il s’agissait notamment de renforcer la frontière entre la France et ses voisins d’Outre-manche en établissant des liaisons rapides dans une logique militaire. Inspiré par ses nombreux voyages, Tocqueville défendait également la mobilité comme valeur et manifestation d’un idéal démocratique. Il lègue un important héritage intellectuel que l’on pourrait qualifier d’«universalisme mobilitaire», conférant à la mobilité (gage de l’établissement et l’épanouissement des peuples) une très forte dimension politique.

 

« La route et la critique de l’écologie politique »,

avec Laure Ribeiro, architecte et paysagiste et Roman Solé-Pomies, doctorant, aménagement du territoire

 

Animatrice : Sabine Chardonnet-Darmaillacq, enseignante-chercheur

 

Au-delà des questions de décarbonation du parc automobile, le réseau routier français doit répondre à un enjeu de plus en plus prégnant : l’entretien des infrastructures existantes. Si les infrastructures routières organisent le monde social, elles restent fragiles et nécessitent un travail de maintenance. Celui-ci est problématique dans les communes rurales et de montagne, qui disposent généralement d’une expertise et de moyens d’intervention plus réduits. Les collectivités locales ont-elles réellement les moyens de s’occuper de ces infrastructures ? Comment assurer le développement des voiries de demain et le partage des responsabilités ? Le soutien à ces collectivités (expertise et aide à la décision), devrait-il relever d’une forme d’obligation morale pour les acteurs supra-communaux ?

 

A propos de la réappropriation des voiries, et comme un rappel aux réflexions sur l’articulation entre espaces de sédentarité (« habités ») et espaces de mobilité, une attention est portée à la place des enfants dans la rue. Si la rue représentait un espace de jeu il y a moins d’un siècle, la frontière entre l’espace habité et l’espace de la mobilité s’est progressivement épaissie. La rue nécessiterait donc une forme de reconquête intégrant la mixité des usages.

 

Trois enjeux de cette reconquête sont identifiés : l’émancipation de l’enfance, le droit à la ville, et la promotion des sociabilités urbaines. Des solutions sont évoquées, parmi lesquelles la limitation de vitesse dans les zones résidentielles, pour favoriser la cohabitation entre « mobiles » et « sédentaires ». Un rappel de l’importance des considérations éthiques et sociales à prendre en compte pour penser la route.

 

Ces autres publications peuvent aussi vous intéresser :

Jour 4 : La route, un espace commun ?

Jour 5 : Les imaginaires de la route

Comprendre la route

La Fabrique de la Cité

La Fabrique de la Cité est le think tank des transitions urbaines, fondé en 2010 à l’initiative du groupe VINCI, son mécène. Les acteurs de la cité, français et internationaux, y travaillent ensemble à l’élaboration de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes.

Recevez notre newsletter

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication hebdomadaire.

Inscription validée ! Vous recevrez bientôt votre première newsletter.