Édito

Reprise, relance : même combat

Fini le confinement ! Les villes s’animent de nouveau et les externalités négatives liées à la mobilité reviennent. En effet, la présence, même réduite, du virus continue d’exercer une tension sur la mobilité et en particulier sur les transports en commun. Aux États-Unis, certains réseaux de transports collectifs, perçus comme vecteurs de transmission, ont connu une baisse de 80 à 90% de leur fréquentation. Parallèlement, le Center for Disease Control and Prevention, agence fédérale américaine en charge de protection de la santé publique, recommandait récemment aux Américains d’éviter les transports collectifs et de favoriser les déplacements en mode individuel, en particulier l’automobile. Ensuite, cette forte reprise automobile emporte de lourdes conséquences qui vont à l’encontre même des objectifs fixés en matière de décarbonation de la mobilité. En France, une récente étude montrait que Paris était la capitale européenne dans laquelle le rebond des niveaux de pollution de l’air a été le plus brutal. Les voix s’élèvent désormais pour s’assurer que cette relance, et dans le même temps cette reprise des mobilités, soit la plus décarbonée possible. L’enjeu est de taille puisque l’absence d’aide adaptée fait peser sur les transports collectifs, véritable colonne vertébrale de la mobilité urbaine, le risque d’une discontinuité de service.

Comment y remédier ? En France, dans un récent courrier, le Groupement des autorités responsables de transport avertissait du risque que certaines autorités organisatrices de mobilité (AOM) ne soient plus en mesure de respecter leurs obligations contractuelles vis-à-vis de leurs délégataires. Elles pourraient ainsi se trouver dans l’obligation de réduire le montant voire d’interrompre le versement de leur contribution forfaitaire, entraînant de fait un arrêt du service public de mobilité. Pour pallier ce risque, plusieurs plans de sauvetage ont été évoqués par des associations d’usagers, des opérateurs et des autorités organisatrices de mobilité… sans que cela remette en cause le système de financement de la mobilité et ses limites.

Autre ambiance à Cincinnati (Ohio) où, en pleine crise épidémique, une majorité de citoyens s’est prononcée en faveur d’une augmentation de 0,8% de la TVA dans le comté d’Hamilton et d’une baisse de 0,3% de la taxe sur les revenus de la municipalité de Cincinnati (principale ressource de financement de la mobilité) pour financer un grand plan de relance des transports conçu avant la crise épidémique. À partir de janvier 2021, cette transformation du système de financement de la mobilité dotera annuellement l’AOM du comté d’Hamilton (817 000 habitants et 1 070 km2) de 130 millions de dollars supplémentaires dédiés au financement des transports en commun (75%) et des infrastructures routières (25%). Cette transformation consacre également la prise en compte de la problématique du financement de la mobilité à une échelle plus vaste que celle de la municipalité puisqu’elle sera désormais pensée à l’échelle du comté, un territoire quatre fois plus vaste.

Si la crise du financement de la mobilité n’est pas nouvelle, l’épidémie de Covid-19 a amplifié ses effets. De plus, cette crise n’a pas effacé les enjeux liés à la décarbonation de la mobilité, bien au contraire : le risque avéré d’une reprise majoritairement automobile peut potentiellement anéantir plusieurs dizaines d’années d’efforts en faveur du développement des transports collectifs et des modes actifs. Ces deux stratégies montrent les ambitions variables des territoires en matière de mobilité et notamment de sa décarbonation. La décarbonation de la mobilité nécessitera des efforts supplémentaires, notamment en matière de financement, puisqu’il convient de déployer des offres de transport décarbonées, notamment en direction des espaces urbains où la mobilité est majoritairement automobile. Les efforts consentis par les villes et autorités publiques sont aussi les révélateurs de leurs ambitions pour faire émerger un modèle de financement compatible avec les injonctions à la décarbonation des mobilités. L’enjeu de la décarbonation mérite sans doute plus que de simples rustines.


Pas le temps de lire ? Chaque semaine, La Fabrique de la Cité s’occupe de vous et vous propose une revue de liens.  Consulter la revue de lien #34  ici.

Pour rester informés de nos prochaines publications, ne manquez pas de  vous abonner à notre newsletter et de suivre nos comptes Twitter et LinkedIn.

Actualités

La Fabrique de la Cité

La Fabrique de la Cité est un think tank dédié à la prospective urbaine fondé en 2010 à l’initiative du groupe VINCI, son mécène. Les acteurs de la cité, français et internationaux, y travaillent ensemble à l’élaboration de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes.

Recevez l’Instant Urbain

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication mensuelle.

Inscription validée ! Vous recevrez bientôt votre premier numéro