Édito

De la smart à la safe city, un basculement de (géo)politique imputable à la COVID-19 ?

Aux débuts de la pandémie de COVID-19, alors que les populations de nombreux pays se confinaient progressivement, les smart cities et leurs dispositifs numériques sophistiqués n’ont pas permis d’échapper à la mise en quarantaine ordinaire des villes où le modèle était déployé. Comme partout ailleurs, la distanciation sociale s’y est imposée à renfort d’urbanisme tactique et de dispositifs éphémères improvisés, utilisant parfois de simples morceaux de scotch. C’est que les smart cities ont été pensées pour optimiser le fonctionnement des systèmes d’informations et des réseaux urbains, et non pour la gestion de crises pandémiques. Si l’on peut donc difficilement dire qu’elles aient été mises en échec, elles ne se sont pas montrées plus utiles que les versions analogiques de la ville. Fait révélateur de cette dynamique, certains projets de smart city ont été annulés, tels celui de Quayside à Toronto, et au Japon, on parle désormais de « super city » – une ville fondée sur le déploiement massif de l’intelligence artificielle.

Pendant ce temps, un autre modèle formalisé ces dernières années bénéficie, semble-t-il, de la crise du COVID-19 : celui de la safe city. Parti de Chine, la safe city a pour objet la sécurité des individus, que ce soit du point de vue de la délinquance, de la santé publique, ou de comportements jugés dangereux. D’initiative étatique, le modèle a plus à voir avec les urbains qu’avec la ville en soi, et soulève des interrogations du point de vue du respect des droits fondamentaux des citoyens. On peut ainsi citer le système du crédit social, le déploiement de la reconnaissance faciale ou encore le recours dans l’espace public à des robots récoltant diverses données biométriques, comme la température corporelle des passants. Dans le contexte d’une pandémie, la safe city apparaît comme compatible avec la nécessaire mitigation des risques, y compris sanitaires. On pourrait alors penser que la crise de la COVID-19 aura joué un rôle certain dans le basculement de la smart city et son impensé sanitaire vers le business model de la safe city fondé sur l’élimination des aléas indésirables. Ce basculement n’est toutefois pas qu’une affaire de modèle urbain ou économique : il est d’abord – et même surtout – politique et géopolitique.

Politique d’abord, car les acteurs mobilisés sur le front de la safe city sont d’une génération plus récente que ceux de la smart city. En outre, alors que la smart city part de la grande entreprise en association avec des écosystèmes d’acteurs locaux, la safe city découle d’initiatives gouvernementales, en partenariat avec des entreprises d’État et des agences publiques. La transformation des régimes politiques d’aménagement et de coordination d’acteurs accompagne, en toile de fond, un basculement géopolitique à l’échelle du monde : celui d’un modèle urbain infrastructurel de régime libéral, formalisé aux États-Unis par les entreprises de la Silicon Valley, vers un modèle urbain sociétal de régime autoritaire formalisé par le gouvernement central chinois et ses champions nationaux.

À l’échelle du monde, l’expansion de la safe city et le reflux de la smart city semblent ainsi traduire les dynamiques contraires de la Chine et des États-Unis dans la course à l’hégémonie technologique et économique dont l’un des champs privilégiés d’investissement se trouve être les villes (plus précisément les infrastructures pour le smart, les comportements pour le safe). Cette vitalité de la safe city poussée par la pandémie de la COVID-19 annonce-t-elle un basculement géopolitique du monde vers l’Orient, devenu prescripteur de modèles urbains et, au-delà, de régimes sociaux, économiques et politiques ?

Entre les deux, où situer la dynamique des villes européennes ? Au regard des dérives totalitaires potentielles de la safe city et du rapport fondamentalement citoyen que les Européens entretiennent avec leur espace public, il est à espérer que le RGPD infléchisse dans un sens compatible avec les valeurs républicaines les enjeux que pose à nos démocraties le succès d’une safe city autoritaire dopée à la lutte contre la COVID-19.


Pas le temps de lire ? Chaque semaine, La Fabrique de la Cité s’occupe de vous et vous propose une revue de liens.  Consulter la revue de lien #32 ici.

Pour rester informés de nos prochaines publications, ne manquez pas de  vous abonner à notre newsletter et de suivre nos comptes Twitter et LinkedIn.

Actualités

La Fabrique de la Cité

La Fabrique de la Cité est un think tank dédié à la prospective urbaine fondé en 2010 à l’initiative du groupe VINCI, son mécène. Les acteurs de la cité, français et internationaux, y travaillent ensemble à l’élaboration de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes.

Recevez l’Instant Urbain

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication mensuelle.

Inscription validée ! Vous recevrez bientôt votre premier numéro