Édito

Le retour des villes moyennes : du rêve à la réalité

« Retour en grâce », « vecteur d’attractivité », « territoires d’avenir »… les deux éditions des Rencontres des villes moyennes ont mis en avant la volonté d’agir de ces villes d’équilibre, de leurs élus, de leurs acteurs et de leurs habitants.

Le mouvement de fuite des habitants des grandes villes à la recherche d’une meilleure qualité de vie est-il réel et pérenne ? À ce jeu, toutes les villes moyennes et petites ne gagneront pas. Comme l’ont confirmé nos travaux et les différents baromètres immobiliers, seules celles offrant services, aménités, accessibilité et connectivité tireront leur épingle du jeu.

Interrogé dans le cadre de la série « Paroles d’élus », Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne depuis 2014, se montre plus prudent que ses pairs et ne souhaite pas parler de tendance. Si effet démographique il y a, il s’agirait surtout de phénomènes de redistribution au sein des territoires plutôt que de l’arrivée massive de nouveaux habitants venus des métropoles ou de région parisienne. Notre enquête réalisé avec Kantar et Potloc le montrait en novembre 2020 : de nombreux Français étaient prêts à aller vivre dans une ville moyenne… mais le passage du rêve à la réalité d’un déménagement restait conditionné par les perspectives d’emploi. Et l’INSEE le confirmait : entre 2008 et 2017, la création d’emplois s’est concentrée dans dix zones d’emploi très dynamiques seulement (Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Rennes et Saclay), toutes métropolitaines, tandis que, dans le même temps, deux tiers des zones perdaient des emplois, essentiellement dans les villes petites et moyennes.

De ‘Paris et le désert Français’, […] nous sommes passés à ‘Paris et les grandes métropoles’. Ces métropoles ont aspiré les populations des villes moyennes. À ce déséquilibre s’ajoute un phénomène de compétition territoriale. 
— Benoist Apparu

Il apparaît plus que jamais que les trajectoires urbaines des villes moyennes ne peuvent faire l’économie d’une approche relationnelle, entre l’État et les villes, les villes entre elles, les centres et leurs périphéries… et donc aussi, et surtout, entre les villes moyennes d’un même territoire. Seule une véritable coopération territoriale permettra de répondre à la fois aux défis environnementaux et au risque que représente l’accroissement des inégalités socio-spatiales.

Étalement urbain, revitalisation du centre-ville, vieillissement de la population… Benoist Apparu décrypte les tendances à l’œuvre dans les territoires et donne un contre-point intéressant à tous les discours actuels.

Découvrez l'intégralité de l'interview de Benoist Apparu

Pas le temps de lire ? Chaque semaine, La Fabrique de la Cité s’occupe de vous et vous propose une revue de liens.

Recevez notre newsletter

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication hebdomadaire.

Ces autres publications peuvent aussi vous intéresser :

Le regard d’Étienne Achille sur Cahors

Retour de Cahors

Bayonne

Rééquilibrage

Vue aérienne de Vierzon

Vierzon, à la croisée des chemins

La Fabrique de la Cité

La Fabrique de la Cité est un think tank dédié à la prospective urbaine fondé en 2010 à l’initiative du groupe VINCI, son mécène. Les acteurs de la cité, français et internationaux, y travaillent ensemble à l’élaboration de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes.

Receveznotre newsletter

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication hebdomadaire.

Inscription validée ! Vous recevrez bientôt votre première newsletter.