Édito

Remettre l’innovation sur la route du progrès

Un saut de presque dix ans en arrière suffit à s’en rendre compte : le visage de la mobilité urbaine n’est plus le même. Cette dernière décennie a été marquée par l’arrivée de nouveaux acteurs issus du numérique, qui, à grand renfort de flottes de véhicules, se sont faits une place dans un secteur historiquement figé. Dans les métropoles, trottinettes, vélos en libre-service, transports en commun, automobiles et covoiturage forment désormais un bouquet de solutions de mobilités accessibles. Toutefois, si les modes évoluent, les enjeux restent et s’expriment avec une acuité plus forte que par le passé.

Aussi, lorsque l’on parle de cette mobilité de demain, il faut être sûr d’une chose : le principal impératif, à la différence de ce que l’on a pu voir par le passé, n’est plus la vélocité mais bien la durabilité des modes de transports et en particulier la réduction de l’empreinte carbone de la mobilité à l’échelle mondiale. L’enjeu et la marge de progrès sont conséquents. Le secteur des transports représente aujourd’hui près du quart des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale (environ 24,5% selon l’Agence Internationale de l’Énergie). En Europe, une analyse sectorielle des émissions de CO2 permet de constater que les transports sont le seul secteur à avoir vu leur niveau d’émissions augmenter entre 1990 et 2014.

Ces innovations permettront-elles d’apporter une réponse efficace à l’enjeu de réduction des émissions de CO2 de la mobilité ? Une récente étude de l’International Transport Forum a mis en lumière, à partir d’une analyse en cycle de vie, les performances des nouvelles formes de mobilités en matière d’émissions de CO2. Verdict : les nouveaux modes issus du numérique peinent à faire mieux que les transports collectifs. De l’autre côté du spectre, les VTC et taxis sont les modes les plus émissifs. Et, si de récentes promesses visant à électrifier tout ou partie des flottes de VTC dans certaines grandes villes vont dans le sens d’une tentative de réduction de leur empreinte carbone, ces efforts ne permettront pas de ramener les émissions de ces services au niveau des transports collectifs… ou même de l’automobile thermique. Aussi, l’un des principaux leviers pour réduire l’empreinte carbone des véhicules motorisés (hors micro-mobilité) réside dans un facteur simple, bien que compliqué à mettre en place : l’augmentation du nombre de passagers transportés.

Remettre les innovations sur la route du progrès en matière de décarbonation des mobilités nécessitera davantage que l’attendue transition énergétique du parc de véhicules. L’approche high-tech, nécessaire car porteuse de solutions nouvelles, doit être complétée par une approche nouvelle. L’ITF le montre ainsi dans son récent Transport Climate Action Directory : la décarbonation des mobilités répond à une stratégie bien plus complexe. Soyons sûrs d’une chose : technique et technologie ne peuvent être la seule réponse aux enjeux de mobilité. Ces derniers nécessitent une approche systémique et des actions sur le soft (formation, éducation), comme sur le hard (services, infrastructures, etc.) ; grâce à des outils high (plateforme de mise en relation, tarification dynamique, etc.) comme low tech (aménagements, etc.).


Pas le temps de lire ? Chaque semaine, La Fabrique de la Cité s’occupe de vous et vous propose une revue de liens.  Consulter la revue de lien #47 ici.

Pour rester informés de nos prochaines publications, ne manquez pas de  vous abonner à notre newsletter et de suivre nos comptes Twitter et LinkedIn.

Actualités

La Fabrique de la Cité

La Fabrique de la Cité est un think tank dédié à la prospective urbaine fondé en 2010 à l’initiative du groupe VINCI, son mécène. Les acteurs de la cité, français et internationaux, y travaillent ensemble à l’élaboration de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes.

Recevez l’Instant Urbain

Restez informé des études et de l’actualité de La Fabrique de la Cité en vous inscrivant à notre publication mensuelle.

Inscription validée ! Vous recevrez bientôt votre premier numéro